AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR BOY !
Aidez-nous à remonter les sujets sur BAZZART et PRD
Venez participer au topic commun ICI et au marché de noël ICI

Partagez | 

Sweetheart, what have you done to us? (Harry)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

ONCE UPON A TIME
LES RPS : Harry/Rory/Brook/Azraël+Louenn/La parade
LES AMIS POUR LA VIE:
Date d'inscription : 23/11/2015

Messages : 309

Avatar : Caitlin Stasey


Age : Vingt-sept ans

Statut : Le statut "c'est compliqué" ne c'est jamais aussi bien appliqué à elle et à sa relation en dent de scie avec un certain animateur 3D.

Profession : Directrice artistique dans un magazine/Graphiste

“My advice if you’ve just suffered heartbreak or you’ve broken up with someone, is to not touch your hair. It’s the first thing women do, but you’re not in a fit state to make decisions that are long-term — you’ll have to spend the next four years growing it out. Don’t have a fringe cut. Don’t bleach it. Don’t do anything, because you will regret it. Buy a lipstick instead. Go and kiss loads of other people, but don’t fucking touch your hair, as you’ll still feel sad — and you’ll have weird hair.”

NOT EVERYTHING HAPPENS FOR A REASON. SOMETIMES LIFE JUST SUCKS


Mer 9 Déc - 3:19

Sweetheart, what have you done to us ?

Il était une fois arrivée à Delilah Aberdeen de penser à son hypothétique future progéniture. S’imaginer en mère l’avait pourtant laissée quelque peu…pantoise. En effet, la seule idée qu’elle s’était faite sur le coup de l’éducation qu’elle inculquerait à ses rejetons, s’était limitée à son envie pressante de leur offrir des jouets diablement cool qu’elle garderait au final pour son propre amusement. La puérilité de cette réflexion l’avait alors tellement choquée, que ça en avait été assez pour la convaincre que jamais, oh grand jamais, elle ne devait procréer, pour le salut de l’humanité.Assurément, elle ne serait capable de mettre au monde que de futurs psychopathes ou du moins, de futurs adultes frustrés.
Quelques mois s’étaient écoulés depuis cette réflexion fatale ; Si aucun gamin n’était né d’elle entre-temps, deux gamines avaient fait irruption dans sa vie avant même qu’elle n’ait le temps de crier gare. Mia et Hedda. Deux petites bien trop mignonnes pour leur propre bien et dont, Delilah ne se faisait aucun souci pour l’avenir dans la mesure où elles ne partageaient nullement son ADN.
Mais  si toutes trois n’étaient unies par aucun lien de filiation, elles étaient néanmoins devenues assez proches pour que la brune décide de leur offrir un cadeau pour le réveillon. Lequel ? Là était la question.

Des vingt-six noëls passés en compagnie des Aberdeen, Delilah ne se rappelait que des cadeaux reçus lorsqu’elles étaient toutes rentrées en adolescence. Ceux qui du coup, lui avaient été piqusé par ses sœurs ou qu’elle avait elle-même piqué à ces dernières. Souvenir très plaisants d’une époque pas si révolue (le manteau qu’elle portait avait été offert à son aînée l’année précédente), mais qui à vrai dire, ne lui était d’aucun secours. Errant de rayons en rayons, elle avait été incapable de trouver quoi offrir à des fillettes de cinq et deux ans. Autour d’elle, des parents qui semblaient tous aussi perdus dans leur quête du cadeau parfait. Où trouvaient-ils la force de répéter ce même rituel chaque année, sans compter les anniversaires ? Elle s’était bien gardée de poser la question à Harry. Que ce dernier accepte de l’aider dans sa recherche de cadeau était déjà une chance en soit. Qui connaissait mieux les goûts des deux petites que leur propre papa ? Quand le brun lui avait annoncé que oui, il acceptait de l’accompagner dans un magasin de jouet en plein centre-ville, un samedi après-midi, à quelques semaines de noël, elle l’avait regardé avec tant de reconnaissance et d’amour mêlé, qu’elle s’était demandée comment elle avait fait pour vivre sans lui aussi longtemps.
Mais malgré toute la gentillesse dont avait pu faire preuve le trentenaire et toute la bonne volonté qu’avait essayé d’y mettre Lyla, leur alliance n’avait pas été aussi efficace qu’elle l’aurait due. A peine avaient-ils mis les pieds dans ce batiment gigantesque qu'était Harrod's, qu’ils avaient été immédiatement séparés. « j’arrive,je vais voir un truc » lui avait-elle dit, voulant examiner une panoplie de docteur qu’elle avait remarqué. Mais à peine avait-elle relevé la tête qu’il n’était plus là. Surement ne l’avait-il pas entendu et avait continué son chemin. Le fait était qu’elle avait passé dix minutes à le chercher, avant de laisser tomber et d’essayer de trouver un cadeau de son côté.

Trois quart d’heure plus tard, rien n’avait su attirer son attention, sinon un rayon spécial Star Wars qu’elle avait voulu voir en vitesse. « Pour le kiffe » s’était-elle dit; Elle y était depuis au moins vingt minutes. «Oh mon dieu, c’est trop cool…»  s’exclama-t-elle tandis qu’elle prenait entre ses mains une imitation des plus réalistes du sabre de Dark Vador. Elle était toute à son exploration de la force, lorsqu’elle entendit des pas qui se dirigeaient vers elle. Relevant la tête, un grand sourire se dessina sur ses lèvres quand elle remarqua qu’il s’agissait de son petit ami.
«Regarde ce que je viens de trouver !!» Déclara-t-elle toute excitée, agitant le sabre sous ses yeux et oubliant même les quarante-cinq minutes qui venaient de s’écrouler. «C’est trop bien !! C’est exactement les mêmes que dans les films !! On devrait limite s’offrir ça pour Noël !!!»    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ONCE UPON A TIME
LES RPS : à venir.
LES AMIS POUR LA VIE:
Date d'inscription : 30/11/2015

Messages : 70

Avatar : jim parsons ♥


Age : Trente-sept ans et la recette de l'élixir de jeunesse.

Statut : Veuf et père de deux petites filles, Mia, deux ans et Hedda, cinq ans. Leur maman était française et est décédée dans un accident de voiture il y a un an et demi. Harry commence à s'en remettre mais n'arrive pas à s'engager malgré ses sentiments certains pour Lylah... ayant encore l'impression de trahir sa femme.

Profession : Animateur 3D chez Pixar et Disney, spécialisé dans le storyboard et donc la création de personnages et du visuel des scénarios.


Dim 13 Déc - 12:29

Que Delilah me propose de l'accompagner chez Harrod's pour acheter des jouets de Noël aux filles représentait beaucoup pour moi. Je comprenais peu à peu qu'elle prenait beaucoup à cœur le fait que Mia et Hedda l'aient déjà adoptée. Pour ma part, même si cette ambiance joviale à la maison me procurait beaucoup de bonheur, je n'arrivais pas à me laisser aller à cette relation pourtant plus qu'épanouissante et apaisante. Je n'arrivais par exemple tout simplement pas à officialiser notre relation auprès de mes filles et encore moins auprès de mes parents. J'avais d'ailleurs amené Mia et Hedda chez mes grands-parents hier soir et j'avais prétexté un storyboard à rendre en urgence, la deadline ayant été avancée à lundi. En fait, j'avais jusqu'à jeudi pour la terminer et j'allais passer mon samedi après-midi avec Delilah chez Harrod's. Un peu comme un gamin, j'avais sauté intérieurement au plafond. Franchement, un magasin rempli de jouets ? Je comprends pourquoi c'est le paradis des enfants !

Nous nous étions rejoints directement sur place et nous parcourions les rayons à la recherche du cadeau parfait pour les filles. Certains cadeaux étaient déjà prévus d'un consentement avec mes parents qui voulaient les couvrir de présents. Alors, le choix commençait à être restreint et il était plus compliqué de se décider. Alors que je regarde le rayon dédié aux peluches, je tombe sur Joie, l'héroïne du Pixar du printemps dernier. Je ne peux m'empêcher de prendre la peluche entre mes mains en souriant. Je me mets limite à inspecter chaque détail du personnage. Quand la déformation professionnelle toque à ma porte, ça donne ça. Mais parce que Delilah est avec moi, je veux frimer un peu, sans doute pour la séduire un peu, ne considérant jamais notre relation comme certaine. Je dois lui dire que j'ai participé à la création de ce personnage.

« Tu vois Lylah, et bien Joie, c'est moi qui ai construit ses premiers traits puis ap.. »

Je fronce les sourcils alors que, en me tournant en pensant croiser son regard, Lylah n'est tout simplement pas là. Je soupire en tendant le cou pour espérer la voir avant de hausser les épaules. Je garde Joie sous le bras et me mets à parcourir les rayons à la recherche de ma petite amie. Je l'ai quittée des yeux peut-être quinze secondes, bon sang. Un peu agacée par la foule en ce samedi après-midi d'avant fête, je finis par me retrouver dans l'allée centrale et je regarde à droite, à gauche, à chaque allée perpendiculaire, dans l'espoir de la retrouver. Je finis même par prendre mon téléphone et je l'appelle, plusieurs fois, sans jamais avoir de réponse. Trois quarts d'heure plus tard, tendant de la joindre encore une fois, je raccroche au bout d'une tonalité quand je la vois au milieu du rayon Star Wars, brandissant fièrement un sabre laser. Je rigole à cette scène mais je m'avance vers elle, un peu agacé :

« Lylah, nan mais franchement, je te cherche depuis quarante-cinq minutes, je n'exagère pas ! » Je grimace en regardant le sabre laser puis j'ajoute. « Puis, franchement, la force n'a pas été avec toi. Sérieux, tu peux pas répondre au téléphone ? » Je fronce les sourcils en m'entendant parler. Je me trouve moi-même un peu sévère et je finis par m'adoucir en disant. « Tu sais, des produits dérivés Star Wars, je t'en ramène quand tu veux du bureau... Merci Disney qui a racheté la saga... T'es vraiment fan ?! »

Je rigole. Un peu surpris, je n'aurai jamais pensé que ma très jolie et féminine petit ami avait un goût développé pour les habitants de galaxies lointaines, se battant pour vaincre le côté obscure de la force. Je finis par lui montrer la peluche de Joie en disant :

« Au lieu de passer du côté obscur, reprendre le droit chemin de notre mission, tu devras.... Quoi ? J'imite pas bien Maître Yoda ?! Regarde, c'est Joie, de Vice Versa. Mia l'aime beaucoup, Hedda préfère Ping Pong. T'aime bien ? »

Je préfère ne pas faire part de ma participation à la création de ce dessin animé, sentant le moment mal venu. Bien qu'ayant tenté de détendre l'atmosphère avec mon imitation moyenne de Yoda, je sens que l'ambiance s'est cassée depuis notre arrivée dans le magasin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ONCE UPON A TIME
LES RPS : Harry/Rory/Brook/Azraël+Louenn/La parade
LES AMIS POUR LA VIE:
Date d'inscription : 23/11/2015

Messages : 309

Avatar : Caitlin Stasey


Age : Vingt-sept ans

Statut : Le statut "c'est compliqué" ne c'est jamais aussi bien appliqué à elle et à sa relation en dent de scie avec un certain animateur 3D.

Profession : Directrice artistique dans un magazine/Graphiste

“My advice if you’ve just suffered heartbreak or you’ve broken up with someone, is to not touch your hair. It’s the first thing women do, but you’re not in a fit state to make decisions that are long-term — you’ll have to spend the next four years growing it out. Don’t have a fringe cut. Don’t bleach it. Don’t do anything, because you will regret it. Buy a lipstick instead. Go and kiss loads of other people, but don’t fucking touch your hair, as you’ll still feel sad — and you’ll have weird hair.”

NOT EVERYTHING HAPPENS FOR A REASON. SOMETIMES LIFE JUST SUCKS


Dim 13 Déc - 19:32

Sweetheart, what have you done to us ?

Elle avait relevé les yeux vers lui, un peu surprise. Le sourire qu’elle avait si éblouissant à son arrivé, avait peu à peu disparu tandis qu’elle l’écoutait la réprimander. Quarante-cinq minutes ? Quarante-cinq minutes s’étaient vraiment écoulées ? La jeune femme sorti immédiatement son téléphone qui, jusqu’à présent était resté bien au fond de son sac. Sur l’écran, défilaient tous ses appels manqués ; elle-même n’avait jamais essayé de le joindre.
«Je suis désolée, je… »Balbutia-t-elle tandis qu’elle relevait la tête vers lui. Elle se sentait particulièrement ridicule. Elle avait vingt-sept ans, un sabre en plastique dans la main, et venait de se faire sermonner par son petit ami. Harry n’avait pas été méchant pourtant, loin de là. Un peu agacé, mais qui ne l’aurait pas été à sa place ? C’était Delilah qui l’avait supplié de l’accompagner dans ce magasin. Et au lieu de passer l’après-midi avec lui, elle avait préféré s’extasier devant des goodies. La situation en elle-même n’était pas grave. S’ils n’avaient été que tous les deux, surement aurait-elle répliqué par une boutade et seraient-ils passés à autre chose. Mais sans même que le trentenaire ne lui fasse de scène, il avait fallu que leur petite altercation attire le regard de quelques badauds, qui ne se gênaient pas pour les regarder avec curiosité. Quel était cet étrange de couple, devaient-ils se dire.  Elle qui habituellement, se moquait totalement du regard des autres, se sentait plus que gênée par la situation.
Ce n’était pas la première fois qu’elle ressentait cette sensation. Ce malaise, elle le sentait pointer à chaque fois qu’elle était chez son psy, et que la question « Harry » subvenait. Par quelques entourloupes et autres pirouettes lexicales, elle réussissait toujours à faire dévier la discussion vers d’autres sujets. Mais psy n°14, qui n’était pas stupide, avait surement remarqué son manège et attendait encore le moment propice pour la confronter à ses émotions. Et la jeune-femme ne savait trop encore ce qu’elle dirait lorsque ce temps arriverait. Elle aimait Harry pourtant. Elle en était gauchement, candidement et stupidement amoureuse. Cela se voyait à la manière qu’elle avait de le regarder les étoiles dans les yeux (tellement cliché) et à la façon dont elle souriait à chacune de ses phrases. Une gamine de quinze ans en plein retournement hormonal. Il était drôle, perspicace et gentil. Avec lui, elle avait cru que les choses seraient simples, paisibles et harmonieuses. Puis ils avaient « rompus », si on pouvait dire les choses ainsi. Et un truc avait changé. Rien de grave, s’était-elle dit quand il l’avait à nouveau pris dans ses bras. Elle était toujours aussi heureuse à ses côtés, toujours aussi bêtement amoureuse. Mais parfois, sans même qu’elle ne s’y attende, elle se rendait compte qu’elle était sur ses gardes, s’attendant tôt ou tard à ce qu’il…à ce qu’il quoi exactement ? Elle-même ne savait pas. Si le phénomène n’était pas fréquent, il était tout de même assez pour qu’elle s’en rende compte et qu’elle le ressente à chaque fois qu’il arrivait. Le moment qu’ils étaient en train de vivre en était un parfait exemple.

« Au lieu de passer du côté obscur, reprendre le droit chemin de notre mission, tu devras.... Quoi ? J'imite pas bien Maître Yoda ?! Regarde, c'est Joie, de Vice Versa. Mia l'aime beaucoup, Hedda préfère Ping Pong. T'aime bien ? » «Je ne l’ai pas vu, désolée…» Lança-t-elle plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu. Sentant un froid s’installer et regrettant immédiatement ses paroles, la jeune femme repris avec un enthousiasme qui cette fois se voulait sincère :
«Mais je suis sûre que ça me plairait. Les filles m’en ont dit que du bien. J’ai promis de voir le dvd avec elle alors…pas de spoil hein ? » Dit-elle dans un petit rire tandis qu’elle entourait son bras autour du sien et le tirait hors du rayon.  «Merci encore de m’avoir accompagné aujourd’hui. Je suis vraiment contente de passer l’après-midi avec toi… » Avoua-t-elle tendrement. «Et désolée pour tout à l’heure. Je ne mets pas souvent les pieds dans les magasins de jouet, alors à chaque fois que j’y suis, je deviens à moitié dingue. Pas la peine de m’offrir de sable laser pour Noël…  » Dit-elle en référence à ce qu’il lui avait dit plus tôt, lui proposant de lui ramener autant de produit dérivés qu’elle voulait.  Dans la tête de Lyla, le bureau de Harry ressemblait à une sorte de mini Dinseyland, rempli d’objets hétéroclites tous plus farfelus les uns que les autres. La jeune femme rêvait de le visiter un jour, mais n’avait jamais osé lui demander. Elle savait que son petit-ami avait encore un peu de mal avec… « tout ça », alors elle évitait d’en faire trop. «Et ton imitation de Yoda craint. Sincèrement. Je te rassure, je ne suis pas si fan de Star wars en vrai. Enfin si. En fait, ça vient d’un truc qui m’est arrivée quand j’étais à fac. J’avais ce prof de philosophie complètement taré, qui nous lâchait des énigmes tirées de on ne savait où. Un jour, il nous a donné une problématique dont lui seul avait le secret et dont je ne me rappelle même plus aujourd’hui. J’ai lu tous les livres possible sur le sujet, tous les essaies…rien. La veille du rendue, j’étais tellement démoralisée et j’avais l’esprit tellement en vrac que je lui ai pondu vingt pages de dissertation sur la personnification du surmoi dans Star Wars. Pour je ne sais quelle raison, mon écrit lui a particulièrement plu. Donc en gros, j’ai eu mon diplôme grâce à Star Wars et depuis chaque année, je me fais un marathon des deux trilogies. Du moins j’essaye. Je finis toujours par m’endormir avant la fin de l’épisode V.  » Conclue-t-elle dans un petit rire avant de soudainement se tourner vers lui, débordante d’un enthousiasme retrouvé : « Tu sais quoi ? On a qu’à le faire ensemble ce marathon. On mettrait les filles au lit et on enchaînerait directement sur les six épisodes. Ou alors, on ferrait…totalement autre chose que je ne peux pas dire dans un magasin rempli de gosses. Mais on pourrait essayer qu’en dis-tu ? Peut-être avant l’arrivée de tes parents, ou après…tiens, ils viennent quand déjà ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harry Vederchi [Pouffy]
» Harry Potter Et La Coupe De Feu
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Le survivant, alias Harry Trouble
» Harry Potter ( l'Elu )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BECAUSE OF YOU :: London :: Kensington :: Harrod’s-